Ils sont américains et parlent français à la maison : interview d'une famille bilingue

6.4.18 0 Comments A+ a-

famille américaine bilingue anglais francais

J'ai fait la connaissance il y a quelques mois de Michele, par l'intermédiaire de son blog Intentional Mama. En parcourant ses articles, j'ai découvert que Michele est aussi passionnée par le français que je le suis par l'anglais. Depuis que ses enfants sont nés, elle a pris la décision de ne leur parler qu'en français, bien que ce ne soit ni sa langue natale, ni celle de son mari ! Et qu'ils vivent aux Etats-Unis !
famille-bilingue-parler-francais

Michele et sa famille sont américains. Avec son mari Anouxa (d'origine thaïlandaise mais ayant grandi aux Etats-Unis), ils ont 3 enfants : Sophia qui a 9 ans et deux garçons Ethan (6 ans) et Nolan (3 ans). Ils attendent leur quatrième enfant... Je crois même qu'il est né... J'attends des nouvelles...


J'ai donc eu l'envie de questionner Michele sur son choix de parler français à ses enfants, ses réussites, les difficultés traversées et qu'elle puisse partager avec nous ses conseils. 

Pour lire l'article en anglais, cliquez ici.

Voici ses conseils :

Le choix d'une seconde langue - un véritable cadeau pour mon enfant

> Le choix d'un environnement bilingue

"J’ai pris la décision de parler français quelques mois avant la naissance de notre premier enfant. Depuis ma jeunesse, j'ai une affection profonde pour la langue française. En tant que maman, proposer une deuxième langue me semblait être un véritable cadeau de valeur pour mon enfant. J'aurais moi-même souhaitée être élevée dans un environnement bilingue. Comme j’avais la capacité de parler français avec mon enfant, j'ai voulu au moins essayer.


> Un choix sur le long terme

En vérité, je pensais réussir à parler français avec mon enfant uniquement durant ses 2 ou 3 premières années, mon niveau de vocabulaire en français n’était pas énorme et ma connaissance de la langue française n’était pas du plus haut niveau.

Je redoutais qu'il arrive un moment où je doive repasser l’anglais en tant que langue principale à la maison, avec ma fille.

Mais en réalité ce ne fut pas le cas ! Les bébés ne sont pas critiques du niveau de langue de leurs parents, et mon vocabulaire et ma fluidité de langage ont augmenté en même temps que ma fille apprenait.



Nos méthodes pour parler une seconde langue en famille

> La méthode OPOL - One Parent, One Language

J’ai essayé de ne toujours parler qu'en français avec ma fille. A sa naissance, l'usage des smartphones devenait de plus en plus commun ; j’ai alors ajouté un dictionnaire bilingue (le Collins Robert app) à mon téléphone que j'ai trouvé très facile à utiliser.

Aussi, la lecture des livres pour enfants en français m'a bien aidé à améliorer ma grammaire et également à accroître mon vocabulaire au fil des années.

Nous avons un entreprise ici aux Etats-Unis qui s’appelle Les Petits Livres; c'est le principe d'une bibliothèque, qui chaque mois m'envoie par la poste, des livres pour enfants en français.



> L'utilisation des écrans dans la seconde langue

En parallèle, j’ai limité l’influence des médias anglophones dans notre foyer : nous ne regardons pas la télé (sauf mon mari, qui regarde le sport). 

Quand les enfants jouent à la tablette, leurs jeux sont en français (comme Jacques et le haricot magique par exemple). Je veux que le français soit associé à des moments de plaisir ! 


Ils regardent cependant une fois par semaine un film en anglais avec leur papa quand je travaille le soir.
Je leur fais également écouter beaucoup de chansons en français.



> Une immersion familiale en France tous les 3 ans

Nous avons visité la France en famille en 2015, il s'agissait de la première fois pour nos enfants. 

Nous avons d'abord passé quelques semaines de vacances en tous ensemble, en famille. 

Puis comme cela était prévu, mon mari est rentré aux Etats-Unis. Je suis restée deux mois supplémentaire avec les enfants pour qu’ils puissent vivre l’expérience d'aller à l’école en France.
Nous avons décidé de réitérer l'expérience de venir visiter la France tous les trois ans durant plusieurs mois



Les difficultés rencontrées à parler une langue secondaire en famille

> Garder le cap, malgré la fatigue, le stress...

Au fil des premiers mois, le français est devenu de plus en plus facile et habituel pour moi car je le parlais tout le temps avec ma fille. 

Heureusement, je n'ai jamais besoin de passer du français à l’anglais avec mes enfants, mais quand je suis fatiguée, fâchée ou stressée, je remarque que je parle anglais avec eux sans trop m'en rendre compte - c’est une sorte de drapeau rouge pour moi quand je m'aperçois que je leur parle anglais ! 

Dans ces situations, je m’arrête et je dis à haute voix, “Pourquoi est-ce que je parle en anglais ?”

Comme ça, mes enfants peuvent être rappelé que l’anglais n’est pas “normal” entre nous.



> L'influence de la société sur la seconde langue de mes enfants

L’influence de la culture anglophone (et l’influence généralement monolingue ici aux Etats-Unis) est très forte, et j’ai mal estimé la force de l'influence de la société sur la langue de mes enfants.C’est comme si la culture anglophone du pays comptait pour 50% de l’influence, la langue de mon mari - l’anglais - ajoute un autre 25% anglophone, et mon français ne compte que pour 25% de l'influence sur mes enfants. 

Donc ils sont bilingues, mais l’anglais reste leur langue plus forte


Malgré tout ceci, je persiste, et mes enfants ont toujours aimé le français. Plus ils grandissent, plus ils remarquent que les autres trouvent “cool” le fait qu’ils sachent parler français.


Leur niveau en français actuellement

Ma fille est très habile avec les deux langues, et les francophones me disent qu’elle n’a pas d’accent.Par contre, mon fils de six ans est plutôt bilingue passif, car en générale il préfère me répondre en anglais. Je crois qu’il s’identifie davantage à son papa, qui ne parle pas français. Mais il comprend et il peut traduire si on lui demande.

J’espère que notre séjour en France cet été et à l'automne va l’aider au fait qu'il soit plus à l'aise avec le français.

Enfin, mon fils de trois ans a été plus exposé au français, car nous avons eu une étudiante française chez nous quand il apprenait à parler l’année dernière. Cette année, nous avons une fille au pair chez nous, donc il me semble être aussi à l'aise dans les deux langues. 



La langue minoritaire - un moment de plaisir

CHOISISSEZ UNE METHODE ET PERSISTEZ !

Faites de la langue minoritaire une joie, une association positive, avec des jeux, des voyages, des amis, des expériences que vos enfants adoreraient.

Trouvez de bonnes ressources pour soutenir votre voyage bilingue. Par exemple, en anglais, je trouve beaucoup de soutien avec le podcast Bilingual Avenue qui m’encourage et m’informe sur les bonnes méthodes.

Enfin, n’oubliez pas que le but d’une langue c’est de communiquer, et il faut développer des rapports avec d'autres personnes qui parlent votre langue minoritaire.

Ce dernier point est la tâche la plus difficile pour moi, car nos amis francophones n'habitent pas près de chez nous et cela nécessite un vrai effort de rester en contact et maintenir les rapports."


=> Un grand merci à Michele pour son retour d'expérience, qui ne peut que nous encourager à parler une seconde langue à nos enfants.


Do you want to read this article in English, please click here !!